evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

Le CNEF s'oppose à la théologie de prospérité

15.04.2016

 

Selon le site internet du Conseil National des Evangéliques de France (le CNEF, www.lecnef.org), « le CNEF se réclame de l'héritage des Réformes protestantes et des mouvements de Réveils qui ont suivi. Ses membres partagent tous une même conviction évangélique fondamentale telle qu'elle est exprimée par la Déclaration de foi de l'Alliance Évangélique. Ils peuvent avoir des sensibilités théologiques diverses sur des points jugés non séparateurs ».[1]

Les membres du CNEF inclus des dénominations diverses telles que « les Églises protestantes évangéliques membres de la Fédération protestante de France et qui ont fait le choix de la double appartenance, les Assemblées de Dieu, les Églises protestantes évangéliques non pentecôtisantes et rattachées au Réseau FEF (ex-Fédération évangélique de France), [et] les Églises d'expression pentecôtiste et charismatique ».[2]

Comme le montre les différentes mouvances évangéliques et protestantes qui composent le CNEF, cette association ne requiert pas une harmonie de doctrine sur des points importants concernant la foi chrétienne, mais il y a une unité sur les essentiels de la foi, ce qui permet une union spirituelle en
Christ. De même, le site CONNAITREpourVIVRE.com ne prétend pas s’accorder sur toutes les positions doctrinales du CNEF, mais un cœur évangélique biblique nous unis.

Dans le cadre de notre série de posts sur
les faux prophètes d’aujourd’hui, il est donc important de réaliser que malgré les divergences doctrinales des églises évangéliques et protestantes qui sont associées au CNEF, une conviction commune a poussé le CNEF à s’opposer à la théologie de prospérité dans un article en libre distribution (cliquer ici pour le télécharger).

Le président du CNEF, Étienne Lhermenault, est professeur de théologie à l’Institut Biblique de Nogent-sur-Marne et un aumônier de la Faculté Libre de Théologie Évangélique de Vaux-sur-Seine.[3] L’article du CNEF qu’il préside fut intitulé, « La théologie de la prospérité », et a été « validé à l’unanimité par les délégués des unions d’Églises et des œuvres réunis en Assemblée plénière le 22 mai 2012 », comme l’indique le préambule.


 

« Un chrétien qui écoute des prédicateurs tels que Joel Osteen, Benny Hinn, Joyce Meyer […] doit se demander si la conclusion théologique du Conseil National des Évangéliques de France est fausse, ou bien s’il écoute des faux-prophètes »



Pour les francophones du monde entier qui écoutent les faux prophètes dénoncés dans cette série (Joel Osteen, Benny Hinn, Joyce Meyer, etc), ou bien qui doutent qu’ils soient vraiment des faux-docteurs, cet article doit être un facteur supplémentaire dans leur considération de la véracité de nos conclusions. Parmi les objectifs ayant motivés la rédaction de cet article du CNEF, en voici deux qui révèlent la dangerosité spirituelle des fausses doctrines enseignées par la théologie de prospérité :


[Le CNEF souhaite] « Aider ceux qui seraient séduits par tout ou partie de cette théologie à prendre conscience de la faiblesse de ses fondements bibliques et partant, de ses dangers ; Dénoncer le cas échéant les pratiques de certains qui se servent de cette théologie pour exploiter les plus faibles et pour culpabiliser des chrétiens qui, malgré une foi authentique, restent malades selon la volonté du Seigneur » (emphases en italiques ajoutées).[4]

En conséquence, le CNEF ne considère pas
le faux évangile de prospérité comme une divergence doctrinale sans conséquence, mais l’inscrit dans sa mission (qui doit aussi être la nôtre) de préserver la pureté de la foi chrétienne et de protéger les chrétiens du mensonge. Cet organisme justifie en effet son article en citant le troisième verset de l’épître de Jude qui nous commande de « combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes ». Il nous faut lutter pour l'Évangile selon Jésus Christ.

Selon le CNEF, « les personnalités marquantes du mouvement, aux Etats-Unis, sont : Kenneth Hagin (Rhèma Bible Church, Tulsa) ; Kenneth & Gloria Copeland (Forth Worth, Texas) ; Robert Tilton (Word of Faith Church, Texas) ; Joël Osteen (Lakewood Church, Houston) ; Jerry Savelle (associé de Copeland) ; Charles & Frances Hunter (City of Light, Texas) ; Charles Capps (Arkansas), Joyce Meyer (Hand of Hope, Saint-Louis), Creflo Dollar (C.D.Ministries) ».[5]

Un chrétien qui écoute des prédicateurs tels que Joel Osteen, Benny Hinn, Joyce Meyer, ou encore Creflo Dollar, et qui pense que ces derniers servent Dieu, doit se demander si la conclusion théologique de l’ensemble du Conseil National des Évangéliques de France est fausse, ou bien s’il écoute des faux-prophètes.

Dans le prochain post, la série de dénonciations des faux-prophètes continue pour avertir le peuple de Dieu, et
le faux-prophète Benny Hinn sera mis en lumière. Ce n’est pas en vain que Christ nous a annoncé que « plusieurs faux prophètes s'élèveront, et [qu’]ils séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24 :11). N’en faisons pas partie.

 


CONNAITREpourVIVRE.com

Références
[1] http://lecnef.org/lecnef/identite
[2] http://lecnef.org/les-membres/unions-du-cnef
[3] http://www.xl6.com/auteurs/etienne-lhermenault
[4] Les Textes du CNEF, La théologie de prospérité, page 1.
[5] Les Textes du CNEF, La théologie de prospérité, page 2.

Please reload

Please reload