evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

Les Pasteurs Gays et 1 Timothée 2 à 3

29.07.2016

 

Il y a peu de temps, l’église méthodiste unie de San Francisco a consacré en tant qu’évêque une femme homosexuelle du nom de Karen Phyllis Oliveto.[1] Cette dernière aurait affirmée que l’Esprit Saint l’avait conduit à s’opposé aux dogmes de l’église qui interdisent l’homosexualité.

Honnêtement, je ne suis pas du tout surpris de cette désobéissance blasphématoire envers la Parole de Dieu. Il y a eu, et il y aura encore, énormément de cas similaires, j’en ai bien peur. Pourquoi une telle prolifération du péché? C’est sur ce point que j’aimerais porter votre attention grâce à une méditation d’un passage en 1 Timothée chapitres deux et trois.

 

 

L'interdiction du ministère pastoral aux femmes


Le Seigneur Jésus Christ nous ordonne la directive suivante pour le fonctionnement de Son Église : « 11 Que la femme écoute l'instruction en silence, avec une entière soumission. 12 Je ne permets pas à la femme d'enseigner, ni de prendre de l'autorité sur l'homme ; mais elle doit demeurer dans le silence. 13 Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite 14 et ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression. 15 Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté » (1 Timothée 2 :11-15).

Vingt siècles durant, ce texte fut fidèlement et universellement interprété par l’Église comme une prohibition claire du ministère pastoral aux femmes (v. 11-12). Cette ordonnance n’était pas le résultat de stéréotypes culturels et temporaires du premier siècle, comme le prétextent ceux qui veulent ignorer ce commandement, mais bien d’une théologie inerrante et historique de la chute.

 

« Vingt siècles durant, ce texte fut fidèlement et universellement interprété par l’Église comme une prohibition claire du ministère pastoral aux femmes »


Pour s’en convaincre demandons-nous, selon le texte de 1 Timothée 2, pourquoi la femme a-t-elle l’interdiction d’enseigner les hommes dans l’Église de Jésus Christ et doit-elle demeurer « en silence » (1 Timothée 2 :12, voir 1 Corinthiens 14 :31-35) pendant la prédication ?

Dieu répond : (1) L’ordre créationnelle : « Car
Adam a été formé le premier, Ève ensuite »
(1 Timothée 2 :13). L’homme est le chef de la femme (1 Corinthiens 11:3, Éphésiens 5 :22-24), et doit donc diriger et enseigner sa famille et la famille de Dieu qui est l’Église. Dans l’Église, une femme peut seulement enseigner les femmes plus jeunes (Tite 2 :3-5), et les enfants (Proverbes 1 :8, 6 :20, 31 :1 ; Éphésiens 6 :1), car c’est là son précieux rôle assigné par Dieu.

(2) Ève a désobéi à Dieu en usurpant l’autorité d’Adam : « ce n'est pas Adam qui a été séduit, c'est la femme qui, séduite, s'est rendue coupable de transgression » (1 Timothée 2 :14). Lorsque la première femme, Ève, a choisi de diriger l’homme,
elle l’a menée vers le péché (bien qu’Adam fût pleinement responsable). Le jugement divin de 1 Timothée 2 :12 est donc aussi associé au fait qu’Ève usurpa l’autorité que Dieu avait institué.

Ces raisons sont théologiques et non culturelles. Par conséquent, 1 Timothée 2 :12 doit s’appliquer aujourd’hui, car certes la culture change, mais la théologie qui justifie ce commandement est atemporelle.

 

 

Les « pasteurs » gays et l'autorité biblique


Chers lecteurs, c’est encore un problème d’usurpation de l’autorité qui gangrène l’Église aujourd’hui. C'est la cause de cette prolifération des femmes pasteurs et des pasteurs homosexuels. Lisons le texte qui suit en 1 Timothée 3 :1-7 pour nous enquérir des caractéristiques que Dieu requière d’une personne pour qu’elle puisse être pasteur :

« 1 Cette parole est certaine : Si quelqu'un aspire à la charge d'évêque, il désire une œuvre excellente. 2 Il faut donc que l'évêque soit irréprochable, mari d'une seul femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement. 3 Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. 4 Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; 5 car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Église de Dieu ? 6 Il ne faut pas qu'il soit un nouveau converti, de peur qu'enflé d'orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. 7 Il faut aussi qu'il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l'opprobre et dans les pièges du diable » (1 Timothée 3 :1-7).

Comme vous le constatez, il y a une longue liste de traits de caractère dans ce passage, puisque le pasteur (aussi appelé le bishop ou l'évêque) doit être irréprochable et un exemple pour la communauté. J’aimerais cependant souligner un aspect clé de ce texte qui est souvent oublié, mais qui nous aide à comprendre que la femme ne doit pas faire partie du ministère pastoral.

Le texte dit explicitement que le pasteur doit être « mari d'une seul femme » (1 Timothée 3 :2). Arrêtons-nous d’abord sur le terme « mari ». Le pasteur doit donc être un homme. Si le doute subsistait, la Parole précise ensuite qu’il « faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté » (v. 4), or ceci est la tâche de l’homme et non de la femme (1 Corinthiens 11 :3).

Néanmoins, beaucoup de chrétiens ne l’entendent pas de cette oreille et n’ont aucun problème à ignorer cette ordonnance claire et limpide du Seigneur. Les femmes
« pasteures » (aux yeux des hommes et non de Dieu) sont donc de plus en plus nombreuses, car les chrétiens ne sont pas entièrement soumis à l’autorité de la Parole.

Or, vous et moi savons très bien que lorsque l’on commence à ignorer ce que
la Bible enseigne explicitement, le temps ne sera pas long avant que d’autres enseignements soient également ignorés… Puisque le mot « mari » dans l’expression « mari d'une seul femme » n’est pas obéi, pourquoi ne pas aussi jeter au loin le mot « femme » ?

Ainsi sommes-nous désormais dans l’ère des faux pasteurs « mari d’un seul homme » et
« femme d’une seule femme ». L’abomination des « pasteurs » homosexuels et lesbiennes.
À ce rythme-là, le mot « seul » sera également ignoré très bientôt, et il y aura des
« pasteurs » polygames.

 

Notez qu’il n’est pas indispensable qu’un homme soit marié pour être pasteur, comme nous le montre l’exemple de l’apôtre Paul, car l’emphase de ce texte concerne la fidélité. Être « le mari d’une seule femme », c’est être fidèle. « Du reste, ce qu'on demande des dispensateurs, c'est que chacun soit trouvé fidèle » (1 Corinthiens 4 :2).


Pour éviter toute confusion, permettez-moi quelques autres remarques. Devons-nous aimer les homosexuels ? Absolument. Devons condamner toute violence envers les homosexuels ? Absolument. Devons-nous accepter l’homosexualité ? Bien sûr que non (Romains 1 :24-28 ;
1 Corinthiens 6:10). Le péché ne doit avoir aucune place dans la maison de Dieu qui est la colonne et l’appui de la vérité !

 

 « Là où les chrétiens conservateurs influencés par
le féminisme ont seulement acceptés les femmes
« pasteures », les « chrétiens » libéraux influencés par
le relativisme ont acceptés les « pasteurs homosexuels ».


Bien sûr, beaucoup de chrétiens affirment que les femmes peuvent être pasteurs et que l’homosexualité est intolérable dans l’Église comme dans la société. Je ne renie pas cela. Ce que j’affirme, en revanche, c’est que l’absence d’une entière soumission à la Parole est la racine commune entre ces femmes « pasteurs » et les « pasteurs » homosexuels.

Là où les chrétiens conservateurs influencés par le féminisme ont seulement acceptés les femmes « pasteures », les « chrétiens » libéraux influencés par le relativisme ont acceptés les « pasteurs homosexuels ». Tous deux sacrifient la pleine autorité de la Bible pour satisfaire leurs préférences pècheresses qui n’ont aucune base biblique, bien que les libéraux soient bien plus coupables et sans nuls doutes séparés du Seigneur.
 

 

 

La vraie Église de Christ
 

Beaucoup de chrétiens paniquent quand ils entendent que tel groupe soi-disant chrétien a désormais décidé d’accepter les « pasteurs» homosexuels. Ils semblent croire que ces
« églises » sont dans une très mauvaise voie et risque de perdre leur relation avec Dieu. Bien au contraire, le choix d’accepter des « pasteurs » homosexuels prouve que ce sont de fausses églises car personne ne peut vivre dans l’iniquité, et le revendiquer comme une bonne chose, et en même temps appartenir vraiment à Christ par
la foi à Son Évangile :

 

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22 Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom ? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? 23 Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité » (Matthieu 7 :21-23, emphase ajoutée).

 

Les « églises » qui acceptent les « pasteurs » homosexuels sont des églises apostâtes qui ne font pas vraiment partie de l’Église universelle. Elles ne sont pas en mauvaise voie ou en passe de perdre une relation avec Dieu, elles l’ont déjà perdu depuis des années !
Tout avait commencé par un reniement de l’autorité de la Parole de Dieu.

 

Mais que faire face à cette décadence ? C’est très simple, soyons soumis entièrement à l’autorité de la Parole de Dieu. Notre Maitre Jésus Christ nous a enseigné la voie à suivre :

« Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples » (Jean 8 :31),

« Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux » (Matthieu 5 :13-16).

 


CONNAITREpourVIVRE.com

 

Référence

[1] http://www.umc.org/news-and-media/married-lesbian-consecrated-united-methodist-bishop

Tags: enseignements bibliques

Please reload

Please reload