evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

6 Conséquences du Péché d'Adam et Ève

27.05.2016

 

La famille d'Adam et Ève fut la première à fouler la planète terre. Dieu les avait placés dans le jardin d'Éden pour le cultiver et pour le garder, et Il avait donné ce commandement à Adam : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 3:15-17).

 

Ils avaient tout à leur disposition pour jouir pleinement et parfaitement de la vie avec Dieu ainsi qu’au sein de leur mariage. Il y avait toutefois une loi à obéir, un fruit défendu. Le commandement était simple et clair, et la malédiction pour le transgresseur bien réelle.

 

Cependant, sous la tentation de Satan, Adam et Ève se rebellèrent contre Dieu, et le monde dans lequel ils vivaient fut radicalement transformé sous le courroux divin. Voici six conséquences, six fruits maudits que l’humanité récolta pour sa rébellion envers Dieu. Le monde ne serait désormais plus le même qu’au temps d’Adam et Ève.

 

1. L’entrée du péché et de la mort dans le monde

 

Ève désobéit et mangea le fruit défendu. Elle fut séduite la première (Genèse 3:1-6,1 Timothée 2:14), puis Adam suivit. Vous vous demandez peut-être : où était Adam ? S’il avait été là, il lui aurait dit de ne pas manger… Bien au contraire, Adam était aux côtés d’Ève : « elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea » (Genèse 3:6).

 

Tous deux étaient coupables de haute trahison envers le Créateur de l’univers qui avait prévenu Adam : « le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 3:17). Et, mort il y eut, car« L'Éternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre éternellement » (Genèse 3:22). Ils allaient désormais mourir physiquement, et ils étaient déjà morts spirituellement par leur péché contre Dieu.

 

Ainsi, la lettre aux Romains conclut : « C'est pourquoi, comme par un seul homme le péchéest entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché [...] Cependant la mort a régné depuis Adam » (Romains 5:12,14a). Le mal et la mort dans le monde proviennent du péché originel, Dieune les avaient pas créés. Notre désobéissance quotidienne envers Dieu prouve que nous méritons aussi la malédiction que subirent Adam et Ève.

 


2. La séparation entre Dieu et l’humanité

Dieu chassa Adam et Ève de sa présence : « l'Éternel Dieu le chassa du jardin d'Éden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été pris. C'est ainsi qu'il chassa Adam ; et il mit à l'orient du jardin d'Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie » (Genèse 3:23-24). La sainteté de Dieu ne leur serait plus accessible, des saints anges leur fermeraient désormais l’accès.

Le péché qui entra en Adam et Ève les condamna à morts (Romains 6:23), et, en tant que leurs descendants nous aussi souffrons de la même maladie. Nous sommes séparés de Dieu: « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ » (Romains 3:23-24). Le deuxième Adam,
Jésus Christ (1 Corinthiens 15:22,44), est celui qui nous délivre de la puissance de la mort par sa résurrection.

Sachez que sans la foi en Jésus Christ, le Fils de Dieu, deuxième personne de la
Trinité,
cent pourcent Dieu et fait chair par la puissance du Saint Esprit en la vierge Marie, afin d’être cent pourcent homme pour mourir en tant que substitut des hommes pécheurs et enfin de ressusciter, sans cette foi biblique, vous êtes perdus dans vos péché et condamnés à l’enfer éternel.

La séparation éternelle entre vous et Dieu peut seulement être échappée
par la foi au Christ Sauveur : « Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6), « Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie » (1 Jean 5:12).

 


3. La guerre spirituelle entre le peuple de Dieu et Satan

En conséquence de leur péché, Dieu allait maudire Adam et Ève et toute l’humanité qui en découlerait. Mais, Il commença par maudire le serpent qui avait tenté Ève (Genèse 3:1-5), et qui n’était autre que le Diable : « L'Éternel Dieu dit au serpent […] Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité » (Genèse 3:14-15a, emphase ajoutée).

L’inimitié dont il est question dans le verset précédent signifie que Dieu allait permettre qu’il y ait une animosité continuelle entre la postérité de la femme et celle du Diable. Satan, ses hordes de démons, et ses sujets sur terre haïssent Dieu et son peuple. La guerre spirituelle entre le peuple de Dieu et Satan durera jusqu’à la fin du monde.

Le Nouveau Testament nous avertit donc de nous préparer à cette guerre spirituelle, avec des armes spirituelles : « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes » (Éphésiens 6:11-12). Ces armes sont listées aux versets 14 à 18 et incluent
la foi, la Bible, et la prière

 


4. Les femmes donneraient naissance dans la souffrance

Dieu dit ensuite « à la femme : J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur » (Genèse 3:16a). L’Éternel utilise la souffrance pour nous rapprocher de Lui et nous rappeler que cette terre n’est pas notre destination finale. Nous ne voulons pas rester pour toujours sur terre, car la souffrance nous fait lever les yeux au ciel d’où nous attendons une patrie meilleure.

 

« Nous ne voulons pas rester pour toujours sur terre, car la souffrance nous fait lever les yeux au ciel d’où nous attendons une patrie meilleure »


C’est ce que nous enseigne Paul dans  le passage suivant tiré dans l’épitre aux Romains:

 

« J'estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous […] la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement […] Et ce n'est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps » (Romains 8:18,22-23).

 

Les douleurs de l’enfantement et de la vie, apprennent aux femmes et aux hommes qu’ils attendent la résurrection de leur corps pour vivre en communion parfaite avec Dieu aux cieux.

 


5. La guerre des sexes
 
L’Éternel déclara également à Ève : « tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi » (Genèse 3:16b). La guerre des sexes était lancée. Adam et Ève n’avaient pas vécu leurs rôles selon la volonté de Dieu. L’homme avait gardé le silence au lieu d’avertir sa femme (Genèse 3:17a), et la femme avait fait un choix important en usurpant l’autorité de son mari (1 Timothée 2:12-14).

En conséquence, ces rôles ne seraient plus un objet de joie continuelle mais une occasion de chute pour les pécheurs. Les « désirs [d’une femme] se porteront vers [son] mari » mais elle aura le mauvais penchant naturel de refuser de se soumettre à ce dernier. Quant au mari, au lieu de reconnaitre la femme comme son égal spirituel devant Dieu (Galates 3:28) et de vivre comme un chef de famille humble et aimant (1 Corinthiens 11:3), il aura tendance à dominer autoritairement sur sa femme.

Voici pourtant notre appel en Christ : « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l'Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle » (Éphésiens 5:22-25).

 


6. Corruption de l’univers : désastres naturels et maladies

Par ailleurs, le Seigneur dit aussi à Adam : « Le sol sera maudit à cause de toi » (Genèse 3:17d). La planète terre, et tout l’univers reçurent une malédiction divine. Le cosmos ne serait désormais plus le même qu’avant la chute.

Le travail qui était une bénédiction joyeuse, resterait une bénédiction mais dans la souffrance :

 

« [Dieu] dit à l'homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre : Tu n'en mangeras point ! Le sol sera maudit à cause de toi. C'est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs. C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre » (Genèse 3:17-19).

Le sol de la terre mais aussi la faune et la flore porteraient les stigmates du péché originel. Les animaux qui étaient domestiques (Genèse 2:19-20) et végétariens (Genèse 1:30) dévirent agressifs, porteurs de poisons, et pour quelques-uns carnivores. Certains fruits et herbes devinrent empoisonnés. Les maladies et les virus contamineraient maintenant le monde. La mort et la corruption étaient entrées dans la création.

Tous les fléaux que la terre et les hommes subissent et pour lesquels ils blâment Dieu, maladies et tsunamis, tremblement de terre et cancers, l’abondance du mal dans le monde est en réalité le résultat du péché d’Adam et Ève. Ils ne voulurent pas vivre constamment sous les ailes et la loi du Maître, et reçurent en retour la souffrance juste d’une vie sans Dieu. Le Nouveau Testament révèle que les hommes d’aujourd’hui sont tout autant coupables -si ce n’est plus- que cette première famille (Romains 1:18-32 ; Tite 3:3-7 ; Jean 3:16-19).

« Aussi la création [(la terre, l’univers)] attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause [de Dieu] qui l'y a soumise, avec l'espérance qu'elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement », nous dit le Nouveau Testament (Romains 8:22).

 

Notre corps mais aussi la terre seront transformés glorieusement lors du millenium (Esaïe 65:16-25) ainsi qu’à la fin des temps, et, nous serons affranchit de la corruption du péché et de la mort (Apocalypse 21:1-4).

De plus, dans le contexte de Romains 8, l’apôtre Paul affirme que ces fruits maudits de la chute en Éden qui forment notre quotidien aujourd’hui, ne sauraient être comparés au paradis qui nous attend par
la foi en Christ :

 

« J'estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous [...] Et ce n'est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps » (Romains 8:18,23).

Il poursuit enfin en disant « que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés » (Romains 8:28-30),

Et, nous verrons dans le post prochain que bien avant la chute d’Adam et Ève dans le jardin d’Éden,
Dieu avait déjà préparé la solution pour nous racheter, comme Il leur dit aussi au milieu des malédictions que nous avons listées…


CONNAITREpourVIVRE.com

 

 

 

Please reload

Please reload