evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

Jésus est-Il le Fils Éternel ou Son Engendrement est-il Incarnationnel?

06.10.2016

 

Dans ce quatrième post de la série Confesser le Vrai Christ nous examinerons la doctrine du Fils Éternel. La question que nous poserons a la Bible est la suivante : est-il biblique d’affirmer que la deuxième personne de la Trinité est éternellement nommée le Fils dans la Bible ?

 

Tous les chrétiens véritables croient que Jésus est Dieu, qu’Il est le Fils de Dieu envoyé du Père. Jésus est la deuxième personne de la Trinité : le Père, le Fils, et le Saint Esprit. Cependant, certains chrétiens croient à tort que Jésus est devenu le Fils de Dieu lors de Son incarnation alors que d’autres croient qu’Il est éternellement le Fils de Dieu.

 

Cette doctrine est très importante puisqu’elle concerne Jésus Christ mais elle n’est pas indispensable pour être sauvé, des chrétiens pieux embrassent ces deux types de positions sur ce sujet. En effet, ceux qui croient que Jésus est devenu le Fils de Dieu lors de Son incarnation croient aussi qu’Il est Dieu, la deuxième personne de la Trinité, mais ils pensent qu’avant Son incarnation Il n’était pas encore appelé le Fils.

 

La raison pour laquelle des chrétiens prennent cette position est que la Bible parle du fait que le Fils fut engendré (Hébreux 5 :5), ce qui implique pour certains la nécessité d’un commencement du Fils. Ainsi, afin de défendre la divinité de Jésus, certains chrétiens disent que le Fils est seulement un titre que Jésus pris lors de Son incarnation (la réponse à cette objection ici).

 

Cependant, la Bible enseigne que Jésus est le Fils éternel de Dieu le Père et qu’il y a toujours eut une relation Père-Fils au sein de la Trinité. Voici 7 raisons qui montrent que Jésus est le Fils éternel de Dieu :

 

 

1. L’expression « le Fils de Dieu » réfère toujours à la divinité du Fils

 

Il y a beaucoup de discorde sur la signification de l’expression « le Fils de Dieu », mais la Bible nous en donne clairement la définition dans l’évangile selon Jean. Lorsque les juifs furent enragés d’entendre Jésus appeler Dieu son propre Père, Il leur dit :

 

« Mon Père agit jusqu'à présent ; moi aussi, j'agis. À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu » (Jean 5:17-18, emphase ajoutée).

 

Certes, l’expression « les fils de Dieu » (au pluriel) est bibliquement utilisée pour les anges (Job 1:6, 2:1) et pour les chrétiens (Galates 3:26). Toutefois, être LE Fils de Dieu (au singulier) est seulement attribué à Jésus. Pourquoi ? Car cela implique être l’égale de Dieu ce qui est seulement le cas de Jésus Christ (Jean 5:18, Philippiens 2:6).

 

C’est bel et bien pour cela que les juifs cherchèrent à assassiner le Christ pour blasphème, puisque par Ses paroles Il affirmait : « Je suis Dieu ». En tant que le Fils de Dieu, Jésus manifesta des attributs et des prérogatives de Dieu. Or, si l’expression « le Fils de Dieu » réfère toujours à la divinité du Christ (un fils a la même nature que son père),[1] cette divinité ne peut pas avoir commencé lors de Son incarnation, et le Fils est nécessairement éternel.

 

Mais quelqu’un pourrait objecter qu’en Hébreux 1:5-6 il est écrit que Dieu a dit « Tu es mon Fils, Je t'ai engendré aujourd'hui ? Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ? Et lorsqu'il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l'adorent ! », en soutenant que cela fait référence uniquement à l’incarnation du Fils qui fut adoré par les anges Lui chanta gloire à Bethléem.

 

Toutefois, le contexte nous montre que le Fils était déjà le souverain Fils au commencement puisque Dieu le Père « a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu est éternel ; le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité ; Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité ; c'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes égaux. Et encore : Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, et les cieux sont l'ouvrage de tes mains » (Hébreux 1:8-10).[2] Par ailleurs, le Fils existait déjà avant la création du monde.

 

 

2. Le Fils a créé l’univers

 

La Parole dit explicitement que c’est le Fils qui créa le monde : « Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde » (Hébreux 1:1-2). Jésus est la Parole créatrice de Dieu Son Père (Jean 1:3), divine et distincte du Père (Jean 1:1-2).

 

Dieu « nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour [...] Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui » (Colossiens 1:13,16). Le Fils existait donc avant la fondation du monde en communion avec Dieu le Père.

 

 

3. La Bible parle de l’unité éternelle entre le Père et le Fils

 

Il y a indubitablement une unité entre le Père et le Fils comme en témoignent ces paroles de Jésus Christ : « Moi et le Père nous sommes un » (Jean 10 :30), « Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père » (Jean 10:38).

 

Or, la Bible enseigne que cette unité n’a pas eu de commencement, elle est éternelle : « Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous […] Père, je veux que là où je suis ceux que tu m'as donnés soient aussi avec moi, afin qu'ils voient ma gloire, la gloire que tu m'as donnée, parce que tu m'as aimé avant la fondation du monde » (Jean 17:21b-24).

 

Cette gloire que Jésus possède est la gloire éternelle du Fils de Dieu : « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jean 1:14, voir aussi Jean 17:5).

 

 

4. Le Père a envoyé le Fils

 

Afin de sauver les hommes de Sa colère pour leur péchés, Dieu le Père envoya Son Fils dans le monde : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3:16). Jésus a dit : « Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant je quitte le monde, et je vais au Père » (Jean 16:28).

 

À l’évidence, ces versets impliquent que le Fils était avec Dieu Son Père aux cieux quand Il fut envoyé. C’est aussi ce que nous enseigne la prière sacerdotale du Christ, ou ce denier dit au Père : « tu m'as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t'a point connu ; mais moi je t'ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m'as envoyé » (Jean 17:24d-25, voir aussi Jean 20:21b).

 

C’est aussi ce que suggère fortement la première épitre de Jean :« Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés [...] Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde » (1 Jean 4:10,14).

 

En outre, le mot envoyé (en grec exapostellō) est aussi utilisé en Galates 4:4-6 au sujet de Christ et du Saint-Esprit : « lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé (exapostellō) son Fils, né d'une femme, né sous la loi, afin qu'il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l'adoption. Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé (exapostellō) dans nos cœurs l'Esprit de son Fils, lequel crie : Abba ! Père ! ».

 

Or, l’Esprit ne devint pas l’Esprit lors de Son envoi, Il est l’Esprit de toute éternité, et, de même, le Fils est le Fils de toute éternité.[3] Le Fils a paru au temps marqué par Dieu pour le salut des élus.

 

 

5. Le Fils n’est pas devenu mais Il a paru

 

En 1 Jean 3:8, il est écrit : « Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les œuvres du diable ». Le verbe paraitre est traduit du grec phaneroō qui signifie manifester ou faire connaitre quelque chose qui était précédemment caché.[3,4]

 

Par exemple, en Marc 4:22 la Bible dit qu’il « n'est rien de caché qui ne doive être découvert (phaneroō), rien de secret qui ne doive être mis au jour », et ce mot grec est aussi utilisé pour parler de l’apparition du Christ ressuscité aux disciples (Marc 16:12,14), ou au sujet des personnes faussement converties dans l’église qui cessent de se réunir (1 Jean 2:19). Dans tous ces cas, il y a une manifestation d’une réalité qui existait avant sa révélation.

 

Le Fils n’est donc pas devenu le Fils lors de Son incarnation en la vierge Marie, mais Il a été manifesté alors que la Trinité était encore très peu révélée dans l’Ancien Testament. Toutefois, il y a quelques textes clés sur la Trinité dans l’Ancien Testament.

 

 

6. Le Fils est mentionné dans l’Ancien Testament

 

Les chrétiens qui soutiennent le fait que Christ est devenu le Fils lors de Son incarnation disent qu’il n’y a aucune mention du Fils dans l’Ancien Testament en dehors des passages prophétiques comme Psaume 2:7. Cependant, il y a un passage magnifique qui leur a échappé dans le livre des Proverbes :

 

“ Qui a fait paraître les extrémités de la terre ? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils ? Le sais-tu ? ”

 

« Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu ? Qui a recueilli le vent dans ses mains ? Qui a serré les eaux dans son vêtement ? Qui a fait paraître les extrémités de la terre ? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils ? Le sais-tu ? » (Proverbes 30:4). Oui, le Dieu Créateur du ciel et de la terre a un Fils ! Connaissez-vous Son nom ?

 

Voici la réponse du prophète Ésaïe : « un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix » (Ésaïe 9:6), son nom est « Emmanuel » (Dieu est avec nous, Ésaïe 7:14), et « Jésus [Jéhovah sauve, car] c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Matthieu 1:21).

 

Jésus est bel et bien le Fils éternel de Dieu déjà présent dans l’Ancien Testament. Le psaume deux traite du décret éternel de Dieu le Père envers son Fils (dans ce verset le Fils prononce le décret que le Père lui a donné) : « Je publierai le décret ; l'Éternel m'a dit : Tu es mon Fils ! Je t'ai engendré aujourd'hui » (Psaume 2 :7).

 

 

7. Une démonstration par l’absurde

 

Pour démontrer que Jésus est le Fils éternel, nous pouvons aussi utiliser un raisonnement par l’absurde comme le fit l’apôtre Paul en 1 Corinthiens 15 :13-19 pour prouver la résurrection du Christ par les Écritures et par la logique. Raisonner par les Écritures était une pratique d’évangélisation couramment utilisée par l’apôtre (Actes 17 :2, 17; 19 :8). Faisons de même au sujet de l’éternité du Fils. Quelles seraient les conséquences si le Christ n’était pas le Fils éternel ?

 

(1) Il en résulterait que Dieu ne se serait pas vraiment révélé tel qu’Il est (Père Fils Saint Esprit), mais Il utiliserait seulement une métaphore humaine (un père et son fils) sans réalité spirituelle. Nous ne saurions donc pas vraiment qui est le Père ou le Fils. Au contraire, la Bible enseigne une éternelle relation Père-Fils, tant et si bien que les relations père-fils terrestres sont des répliques imparfaites de la relation céleste entre Jésus et Son Père.

 

(2) Dieu serait trois personnes indissociables, au lieu du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. Ceci est certes distinct, mais dangereusement proche, de l’hérésie du modalisme qui prétend qu’il n’y pas vraiment trois personnes distinctes au sein de Dieu.[3]

 

(3) La relation Père-Fils serait une vie théâtrale sans émotions. Si les faits que : Dieu ait donné Son Fils, que Jésus soit son Fils bien-aimé en qui Il a mis toute Son affection, que le Fils priait et obéissait Son Père, et que nous pouvons prier notre Père qui est aux cieux, si donc toutes ces choses étaient simplement basées sur une métaphore, alors la rédemption n’aurait plus la même joie et Jean 3 :16 ne communiquerait plus la même profondeur de l’amour de Dieu.

 

(4) Ou s’arrêterait la métaphore ? Bien que les chrétiens qui ne croient pas que Jésus est le Fils éternel ne dirait probablement pas ceci, il est légitime de se demander où s’arrêterait la métaphore dans la Bible, si Dieu n’est pas vraiment notre Père, et Christ n’est pas vraiment son Fils.

 

Mais maintenant Christ est le Fils éternel ! Il est éternellement un avec Son Père dans la communion de l’amour intratrinitaire. Que tous les anges et tous les saints l’adorent pour toute l’éternité car Il a racheté par Son sang des hommes de toutes nations !

 

Dans le prochain article nous verrons pourquoi Jésus est né d’une vierge,
 


CONNAITREpourVIVRE.com

 

Références

[1] Article en ligne de John MacArthur de gty.org intitulé : Reexamining the Eternal Sonship of Christ : http://www.gty.org/resources/articles/A235/Reexamining-the-Eternal-Sonship-of-Christ

[2] Article en ligne de John Nelson Darby de stempublishing.com intitulé : The Eternal Sonship of Christ : http://www.stempublishing.com/authors/darby/miscbtpb/35020E.html

[3] Article en ligne de Gotquestions.org intitulé : What is the doctrine of eternal Sonship and is it biblical? : https://www.gotquestions.org/eternal-Sonship.html

[4] Lexique grec disponible en ligne sur blueletterbible.org : https://www.blueletterbible.org/lang/lexicon/lexicon.cfm?Strongs=G5319&t=KJV.
 

Please reload

Please reload