evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

Le faux évangile de prospérité

17.04.2016

 

Dans cet article nous considèrerons un sujet qui gangrène le monde chrétien, et le monde qui se dit chrétien: le message qui a remplacé l'évangile selon Jésus Christ. Il s'agit du message des faux prophètes tels que Joel Osteen, Benny Hinn, et Joyce Meyer, du faux « évangile » de prospérité.

 

Cet autre évangile ne devrait pas nous surprendre puisque Jésus Christ nous avertit en ces mots : « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs » (Matthieu 7:15). Cependant, nous sommes appelés à éviter les faux prophètes d'aujourd'hui et à avertir notre prochain de l’erreur, c’est pourquoi ce post devrait vous être utile.

 

 

1. QU’EST-CE QUE « L’ÉVANGILE » DE PROSPÉRITÉ ?

 

■ Mensonge #1: Dieu veut que vous soyez riche

 

« L’évangile » de prospérité est l’enseignement selon lequel Dieu souhaite que chaque chrétien soit riche, en bonne santé, et prospère. Cet « évangile », cette bonne nouvelle, est donc que « Dieu veut que tu sois riche et que tout aille parfaitement bien pour toi ». Le théologien et pasteur John Piper le défini ainsi: 

 

"Il y a un continuum [d'évangiles de prospérité], des plus radicaux jusqu’au plus légers (doux). Et, le plus radical dirait typiquement : « Dieu veux que tu sois riche, et tu devrais être son partenaire par la foi, pour poursuivre les richesses », et la justification serait « tu ne pas accomplir grand-chose dans la vie sans argent donc va en chercher » ou une autre justification serait « tu es un enfant du royaume et les enfants de royaume ne portent pas de vieux habits, mais des habits de roi », etc. Le côté plus léger serait plus précautionneux pour ne pas dire ces choses grossières à propos des richesses, mais ils minimiseront le péché, la peine, et parleront seulement de combien les choses iront bien pour toi si tu suis Jésus. Donc pourquoi est-ce que je déteste l’évangile de prospérité ? Parce que je pense que c’est un autre évangile".[1]

 

Les prédicateurs de ce message mettront donc principalement en avant l’aspect financier entre eux et les fidèles. Un des versets clés qui est utilisé est le suivant : « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondement » (2 Corinthiens 9:6), ce qui sera cité pour signifier : « si vous donnez peu d’argent à mon église, Dieu vous donnera peu d’argent, mais si vous donnez beaucoup d’argent à mon église, alors Dieu vous donnera abondamment de l’argent ».

 

Bien entendu, le verset biblique précédent réfère à l’argent que l’on donne à l’église ou à la mission, non pour récolter plus d’argent, mais pour récolter des âmes perdues. Je donne matériellement pour récolter spirituellement, comme nous le verrons dans la question plus tard. Toute autre attente est agir en vue d’un investissement égoïste, alors que la Bible nous appelle au sacrifice de soi.

 

 

■ Mensonge #2: Dieu veut que vous soyez en pleine santé

 

À ma grande tristesse, un autre aspect est également mis au premier plan est celui de la certitude la guérison physique, ou du don financier pour la guérison physique. 

 

Il est avancé que le don financier du chrétien pour l’église est signe de sa piété et de sa dévotion pour Dieu, et donc, si ce don est conséquent, alors Dieu guérira la personne malade qui a la foi. « Si vous semer beaucoup d’argent, Dieu vous guérira abondamment ».

 

Le prédicateur citera alors : « Lui-même a pris nos langueurs, et a porté nos maladies » (Matthieu 8:17). Dans un tel contexte, les personnes qui seront recommandées par le prédicateur seront donc celles qui sont les plus prospères financièrement, et qui sont en bonne santé, car cela est alors interprété comme une bénédiction divine, la preuve de la faveur de Dieu.

 

 

■ Mensonge #3: Dieu veut votre prosperité

 

Enfin, une autre caractéristique des prédicateurs de « l’évangile » de prospérité est la promotion de la psychologie du développement personnel. Cette théorie de psychologie est basée sur le fait que la volonté de l’individu peut l’amener à changer sa situation par lui-même : « si tu veux le faire, tu peux arriver à tout ce que tu souhaites ».

 

Le message fait donc appel à l’individu pour se sortir de toutes les difficultés qu’il rencontre : « si tu changes de perspective, si tu crois vraiment que tu peux le faire, si tu travailles sur tes échecs, si tu le décides, tu peux arriver à tes rêves ».

 

Un de leurs slogans typiques ressemblera à « crois en toi, et rien ne te sera impossible », la solution proposée est donc basée sur l’homme et ses capacités. C’est une psychologie humaniste, l’homme étant considéré comme bon, la solution se trouve dans les pensées de l’homme pour l’homme.

 

 

2. « L’ÉVANGILE » DE PROSPÉRITÉ EST-IL BIBLIQUE ?

 

Absolument pas ! Ce n’est rien d’autre qu’un « autre évangile » c’est-à-dire aucun évangile, une fausse bonne nouvelle. Lorsque l’apôtre Paul écrivit l’épitre aux Galates, il condamna l’hérésie des Judaïsants (le salut par la foi plus les œuvres) en ces mots :

 

« Je m'étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Évangile. Non pas qu'il y ait un autre Évangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Évangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème ! Nous l'avons dit précédemment, et je le répète à cette heure : si quelqu'un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu'il soit anathème » (Galates 1:6-9).

 

Il n’y a qu’un seul évangile et tout autre supposé « évangile » est une abomination qui damne pour l’éternité en enfer : « qu'il soit anathème » (ou maudit), écrivait-il.

 

 

■ Le vrai Évangile est tourné vers le ciel

 

L’Évangile de Jésus Christ est l’offre gratuite de la vie et des richesses éternelles dans la présence de Dieu, et non de la prospérité terrestre acquise en donnant de l’argent. Le magicien Simon souhaitait acquérir le don de Dieu par ses finances et voici sa brève discussion avec l’apôtre Pierre :

 

« Or Simon, voyant que l'Esprit Saint était donné par l'imposition des mains des apôtres, leur offrit de l'argent, disant: Donnez-moi aussi ce pouvoir, afin que tous ceux à qui j'imposerai les mains reçoivent l'Esprit Saint. Mais Pierre lui dit: Que ton argent périsse avec toi, parce que tu as pensé acquérir avec de l'argent le don de Dieu » (Actes 8:18-20).

 

Il est impossible de servir Dieu et Mammon (divinité de la fortune), l'Évangile de Christ ainsi que l’abominable message de l’argent, « car, ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre » (Matthieu 6:24). Soit votre dieu est l’argent et vous pensez toujours à lui et faîtes tout autour de lui, soit votre Dieu est Le véritable, Jésus Christ.

 

« Ne soyez pas séduits; on ne se moque pas de Dieu; car ce qu'un homme sème, cela aussi il le moissonnera. Car celui qui sème pour sa propre chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera de l'Esprit la vie éternelle » (Galates 6:7-8).

 

L'Évangile est fondamentalement tourné vers le ciel et vers l’éternité, le prédicateur de « l’évangile » de prospérité et ses fidèles sont fondamentalement tournés vers le matériel et le temporel pour leur propre damnation. Christ dira à chacun d’entre eux au jour du jugement : « Que ton argent périsse avec toi » (Actes 18:20).

 

L’évidence pour quiconque examine l’esprit de ces prédicateurs, est qu’il fait appel à l’avarice et à l’appât du gain des fidèles : « si vous me donnez, Dieu vous donnera plus ». Le fidèle n’est pas exhorté à donner de façon sacrificielle, sans contrainte ni mauvaises pensées pour le royaume de Dieu, mais pour son propre enrichissement. Il ne pense pas à sacrifice, mais à investissement.

 

Ainsi, les fidèles de ces mouvements hérétiques sont coupables tout comme leur prédicateurs « parce que tous cherchent leurs propres intérêts, non pas ceux de Jésus Christ » (Philippiens 2:21). L'avarice est un signe distinctif des faux prophètes.

 

Si vous pensez que j’exagère, regardez donc cette vidéo américaine qui montre un prédicateur phare de cette hérésie charismatique qui prie en sautant sur des billets de banque pour que Dieu bénisse cet argent, tandis que les fidèles viennent pour avoir cette « bénédiction » financière.[2]

 

Ce n’est pas trop dire que d’affirmer que c’est une abominable hérésie. Il est toutefois vrai que Dieu pourvoit aux besoins et bénédictions matériels des Siens, lorsqu'ils donnent fidèlement (Malachie 3:8-10), mais donner n'est jamais encouragé dans un but de richesse. Nous donnons à Jéhovah-Jire, au Dieu qui pourvoira aussi pour nous. Dieu sonde nos cœurs et connait parfaitement nos motivations.

 

 

■ La santé physique n'est pas une promesse

 

Concernant la guérison physique, il est tout simplement mensonger de prétendre que Dieu a promis de nous guérir de toutes nos maladies, que ce soit via notre argent ou via notre foi.

 

Auriez-vous donné tout votre argent et auriez-vous eut la foi jusqu’à déplacer des montagnes, si Dieu n’avait pas prévu dans Son dessein bienveillant de vous guérir, cela n’arriverait pas. L’apôtre Paul, qui était probablement le chrétien le plus sanctifié de l’ère chrétienne, rendit témoignage :

 

« j'ai supplié trois fois le Seigneur, afin que [l’écharde pour la chair] se retirât de moi; et il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans l'infirmité. Je me glorifierai donc très-volontiers plutôt dans mes infirmités, afin que la puissance du Christ demeure sur moi » (2 Corinthiens 12:8-9).

 

Dieu ne voulait pas guérir Paul afin qu’il soit humblement dépendant de la force et de la puissance du Seigneur. Ainsi, Dieu se glorifiait dans l’infirmité de celui qui était malgré tout un fidèle serviteur.

 

Par ailleurs, l’erreur de penser que la maladie est nécessairement la conséquence d’un péché spécifique de celui qui en souffre, n’est pas nouvelle. Un exemple nous est rapporté dans l’évangile selon Jean, les disciples étaient avec leur Maître, ils aperçurent un aveugle de naissance, et ils « l'interrogèrent, disant: Rabbi, qui a péché: celui-ci, ou ses parents, pour qu'il soit né aveugle? Jésus répondit: Ni celui-ci n'a péché, ni ses parents; mais c'est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui » (Jean 9:2-3).

 

Cet homme était malade depuis sa naissance afin que le Christ soit glorifié en lui rendant la vue, démontrant ainsi qu’Il est la lumière du monde. Dieu se glorifie par ceux qu’Il guérit, et Dieu se glorifie aussi par ceux qu’Il laisse malades pour Ses raisons. La cause de la maladie ou de la non-guérison n’est pas nécessairement reliée au péché ou au manque de foi.

 

L’Écclésiaste nous l’apprend pourtant très clairement : « Il est encore une vanité qui a lieu sur la terre: c'est qu'il y a des justes auxquels il arrive selon l'œuvre des méchants, et il y a des méchants auxquels il arrive selon l'œuvre des justes. J'ai dit que cela aussi est vanité » (Écclésiaste 8:14), c’est-à-dire dans notre cas, il y a des chrétiens pleins de foi et actifs au service du Seigneur auxquels il arrive des malheurs et des maladies, et il y a des hommes extrêmement vils sur terre qui vivent très longtemps et qui prospèrent en pleine santé.

 

En outre, Paul ne put pas non plus guérir Trophime : « j'ai laissé Trophime malade à Milet » (2 Timothée 4:20b), ni Timothée : « Ne bois plus de l'eau seulement, mais use d'un peu de vin, à cause de ton estomac et de tes fréquentes indispositions » (1 Timothée 5:23), alors qu’il avait fait des miracles (2 Corinthiens 12:12).

 

“ La guérison n’a jamais été une promesse pour le chrétien. Elle est un instrument pour la gloire et les plans de Dieu ; Il l'utilise quand Il veut ”

 

La guérison n’a jamais été une promesse pour le chrétien. Elle est un instrument pour la gloire et les plans de Dieu; Il l'utilise quand Il veut. Bien sûr, puisque nous ne savons pas quelle est la volonté de Dieu à cet égard, ni quelle est la raison pour une maladie, nous devons prier pour la guérison des malades en attendant la grâce de Dieu (Jacques 5:14-16), une grâce qui peut être Sa simple et suffisante présence (2 Corinthiens 12:9).

 

Le chrétien n’a pas la promesse de traverser la vie sans problèmes financiers ou de santé, ou de quelques autres natures, il en souffre tout autant -sinon plus- que les païens, mais dans toutes ces épreuves Dieu est avec lui.

 

Quelle condamnation attend ceux qui prétendent vouloir guérir au nom de Jésus des foules qu’ils convient en masse via internet ou d’autres média, sans omettre de donner leur numéro de compte bancaire… Jamais Jésus ou Ses apôtres n’ont jamais invités ceux qui venaient pour être guéris à leur donner de l’argent ! C’est tout simplement abuser de la détresse des malades par avarice, c'est une pratique scandaleuse et criminelle. Voici au contraire l'exemple de la Parole:

 

« Et Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l'heure de la prière, qui est la neuvième, et on portait un homme qui était boiteux dès le ventre de sa mère, lequel on mettait tous les jours à la porte du temple, appelée la Belle, pour demander l'aumône à ceux qui entraient dans le temple: cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient entrer dans le temple, leur demanda l'aumône.

 

Et Pierre, ayant, avec Jean, arrêté ses yeux sur lui, dit: Regarde-nous. Et il les regardait attentivement, s'attendant à recevoir quelque chose d'eux. Pierre dit: Je n'ai ni argent ni or, mais ce que j'ai, je te le donne: Au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. Et l'ayant pris par la main droite, il le leva; et à l'instant les plantes et les chevilles de ses pieds devinrent fermes » (Actes 3:1-7).

 

Donner de l’argent à Pierre pour être guéri ? Jamais! « Je n'ai ni argent ni or, mais ce que j'ai, je te le donne », gratuitement ! Aux apôtres qui avaient alors ce pouvoir de guérison, Christ commanda : « guérissez les infirmes; ressuscitez les morts; rendez nets les lépreux; chassez les démons: vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Matthieu 10:8).

 

Quelle hypocrisie de ces prédicateurs qui diront « ce n’est pas moi qui guéri c’est le Saint-Esprit », et pourtant c’est bien eux qui veulent recevoir l’argent pour le travail de Dieu. Si tel est le cas, comment comprendre Matthieu 8:17 : « Lui-même a pris nos langueurs, et a porté nos maladies », et Esaïe 53:4 « par ses meurtrissures nous sommes guéris » ? Ces deux parties versets sont issues de Esaïe 53:4, et ils sont également cités dans la première épitre de Pierre au sujet du salut :

 

« Christ a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez ses traces, "lui qui n'a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il n'a pas été trouvé de fraude"; qui, lorsqu'on l'outrageait, ne rendait pas d'outrage, quand il souffrait, ne menaçait pas, mais se remettait à celui qui juge justement; qui lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois, afin qu'étant morts aux péchés, nous vivions à la justice; "par la meurtrissure duquel vous avez été guéris"; car vous étiez errants comme des brebis, mais maintenant vous êtes retournés au berger et au surveillant de vos âmes » (1 Pierre 2:21b-25).

 

Le message de l’évangile de prospérité est aux antipodes de ce que Paul nous apprend ici, puisqu’il nous est dit que « Christ a souffert pour [nous] » physiquement et dans tout son être, non pour que nous soyons « guéris » physiquement, mais dans le but de nous laisser « un modèle, afin que [nous] [suivions] ses traces » (v 21).

 

Dieu nous « a été donné non seulement de croire, mais aussi de souffrir » pour Lui (Philippiens 1:29). Il est évidemment question dans le contexte de 1 Pierre 2:24 d’une guérison spirituelle, du salut.

 

Nous étions errants, morts, et malades ; nous sommes maintenant retournés, vivants, et guéris par l’œuvre du Christ. Le message est que Christ sauve les pécheurs: « Et Jésus, l'ayant entendu, leur dit: Ceux qui sont en bonne santé n'ont pas besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal; je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs » (Marc 2 :17), « ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux, qu'ils n'entendent de leurs oreilles, qu'ils ne comprennent de leur coeur, qu'ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse » (Matthieu 13 :15).

 

Il n’est question de guérison physique dans ces contextes car Christ n’est pas venu pour sauver du cancer physique afin que la personne guérie physiquement périsse en enfer. Il guérit le cancer spirituel du péché afin « qu'étant morts aux péchés, nous vivions à la justice; "par la meurtrissure duquel vous avez été guéris" » (1 Pierre 2 :24).

 

Il y aura également une réalisation parfaite de la prophétie annonçant que Christ « a porté nos maladies » (Matthieu 8 :17), lorsque Dieu nous ressuscitera avec un corps incorruptible pour vivre dans les cieux. Toutes nos maladies, toutes nos infirmités, et toutes nos langueurs ont été portées à la croix par le Fils de Dieu afin qu’Il nous donne un corps sans défaut à la fin des temps.

 

« Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Corinthiens 15 :51-54).

 

Tous les malédictions engendrées avec la mort (spirituelle, physique, éternelle) seront anéanties pour les enfants de Dieu, nous recevrons ce corps incorruptible, sans maladies ni défauts. C’est ce que le Christ a commencé de révéler lors de Sa première venue (Matthieu 8 :16-17), tandis que l’ampleur et le degré de cette prophétie seront bien plus vaste et plus merveilleux à la fin des temps. Quelle promesse, béni soit l’Éternel !

 

 

■ L'Évangile commande la dépendance à Dieu

 

Brièvement, l’approche humaniste évoquée initialement sur la promotion de la psychologie du développement personnel (« crois en toi, et rien ne te sera impossible »), est intégralement contraire au message du Christ qui nous enseigne à nous tourner vers Dieu.

 

Christ nous a dit sans équivoques: « sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15:5, cf Proverbes 3:5-6, Jérémie 17:9-10). La raison de la popularité des prédications des faux prophètes est la nature du cœur de l’homme qui préfère se confier en lui-même plutôt qu’en Dieu.

 

Nous devons donc avertir les chrétiens du danger du faux « évangile » de prospérité, et annoncer la vérité de l’Évangile selon la Parole de Dieu. Quand à ceux qui sont séduits par ce mensonge, persévérons dans la prière car notre Dieu est un Puissant Sauveur.

 

 

CONNAITREpourVIVRE.com

 

Références

[1] https://www.youtube.com/watch?v=jLRue4nwJaA

[2] https://www.youtube.com/watch?v=AYxeTjrckl0 

Please reload

Please reload