evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

Le salut selon la Réforme: Les cinq Solas

30.10.2017

 

L'enseignement biblique sur le salut que ravivèrent les réformateurs durant la Réforme Protestante est aujourd’hui connu sous le nom des cinq Solas. Les cinq Solas (ou solae, du mot latin sola signifiant seul), sont cinq slogans latins sur le salut.

 

En réponse aux hérésies catholiques sur le salut, les protestants enseignèrent la simplicité de l’Évangile de Christ. Voyageons donc dans le temps pour découvrir les magnifiques Solas issues de la Réforme :

 

Sola Scriptura : par l’Écriture seulement (notre foi est régie)

Sola Gratia : par grâce seulement (notre âme est sauvée)

Sola Fide : par la foi seulement (et non par les œuvres)

Solus Christus : par Christ seulement (et personne d’autre)

Soli Deo Gloria : À Dieu seul soit la gloire (car tout vient de Lui !)

 

Sola Scriptura

 

La première sola, Sola Scriptura, signifie que seule l'Écriture peut et doit diriger notre foi et notre pratique chrétienne. La doctrine du Sola Scriptura répond aux questions suivantes : Quelle est la source de la vérité spirituelle qu’il nous faut croire et pratiquer ? Qui a autorité dans l’Église ?

 

L’église catholique romaine répond qu’il y a trois autorités dans la vie du chrétien : (1) le pape, (2) la tradition de l’église (les écrits des saints catholiques et les conciles passés), et (3) la Bible. L’église catholique romaine enseigne que l’église catholique ainsi que le pape sont infaillibles et ne pèchent jamais, ils ne peuvent jamais errer et sont donc des guides supposés parfaits.

 

Voici ce que la Bible dit de la supposée infaillibilité des hommes formant la tradition catholique, y compris les papes (un concept anti-biblique puisque seul Christ est le chef de l’Église – Colossiens 1:18 ; Éphésiens 5:23) : « Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur » (Romains 3:4). En vérité, tous les hommes ont péchés (Romains 3:23 ; Ecclésiaste 7:20).

 

En revanche, Dieu nous enseigne par l’Écriture que Lui seul est l’autorité spirituelle et infaillible qui doit gouverner notre vie : « Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? S'adressera-t-il aux morts en faveur des vivants ? À la loi et au témoignage ! Si l'on ne parle pas ainsi, il n'y aura point d'aurore pour le peuple » (Ésaïe 8:19b-20a).

 

Les protestants ayant compris cette vérité essentielle confessèrent une seule et absolue autorité : la Bible – Sola Scriptura. Ainsi, Luther accuse d’hérésies en défendant le vrai Évangile a fameusement dit en 1521 à la Diète de Worms :

 

« À moins que je ne sois convaincu par le témoignage des Écritures ou clairement par la raison (car je ne me fie ni au Pape ni aux les conciles seulement, car on sait qu'ils se sont souvent trompés et se sont contredits), je suis lié par les Écritures que j'ai citées et ma conscience est captive à la Parole de Dieu. Je ne peux ni ne veux rien renier, puisqu'il n'est ni sûr ni juste d'aller contre la conscience. Que Dieu m'aide. Amen ».[1]

 

En effet, « toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3:16-17). L’Éternel « nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance » Sa Personne dans Sa Parole (2 Pierre 1:3).

 

 

Sola Gratia

 

La doctrine du Sola Gratia signifie que le salut est par grâce seulement. L’église catholique enseignait au XVIème siècle, comme elle le fait encore aujourd’hui, que le salut dépend de la grâce de Dieu ainsi que des œuvres humaines.

 

Bien que les catholiques puissent argumentaient qu’ils croient que nous sommes sauvés par la foi et qu’ils obéissent à la Bible, si vous vous demandez ce que l’enseignement catholique répond à la question : Comment aller au paradis ? La réponse sera invariablement que c’est une grâce de Dieu mais aussi que le catholique doit mériter notre place en pratiquant de bonnes œuvres.

 

Or, la Bible enseigne que le salut est Sola Gratia, seulement par la grâce de Dieu sans dépendre des œuvres : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ […] l'homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi » (Romains 3:23-24,28).

 

En effet, « si c'est par grâce, ce n'est plus par les œuvres ; autrement la grâce n'est plus une grâce. Et si c'est par les œuvres, ce n'est plus une grâce ; autrement l'œuvre n'est plus une œuvre » (Romains 11:6 ; cf Tite 3:5). Contrairement aux hérésies de son temps, Martin Luther crut en la Parole et enseigna « [qu’en] vérité, donc, nous sommes sauvés par seule grâce, sans les œuvres ou d’autres mérites ».[2]

 

La Bible ne laisse en effet aucune place aux mérites humains dans la cause du salut qui est seulement une grâce et une faveur imméritée de Dieu : « En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Éphésiens 1:7).

 

 

Sola Fide

 

Sola Fide, d’autre part, résume un autre aspect de notre salut, à savoir qu’il est par la foi seulement : « Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Éphésiens 2:8-9).

 

Le salut est en effet une grâce divine qui se manifeste par le don de la foi que Dieu dispense aux élus (Actes 13:48 ; Romains 12:3 ; Philippiens 1:29 ; Hébreux 12:1-2). À nouveau, c’est n’est pas par nos œuvres de justice qui nous sommes justifiés devant Dieu et sauvés de Sa colère (Tite 3:5 ; Psaume 130:3) ; c’est seulement par la foi (Romains 3:28, 4:5, 5:1 ; Galates 2:16, 3:8,11,24).

 

Les réformateurs et les protestants qui les suivirent enseignèrent que la foi en Christ et son sacrifice est le seul instrument pour notre justification. Leur slogan était : « Nous sommes sauvés par la foi seulement, mais pas par une foi qui est seule », puisque la vraie foi qui sauve est toujours accompagnée pas les œuvres (comparez Éphésiens 2 :8-9 et 2:10, Tite 3:5-7 et 3:8, Jacques 2:17).

 

 

Solus Christus

 

En outre, la Bible enseigne que nous sommes non seulement sauvés par grâce seulement, par la foi seulement, mais aussi par la foi en Christ seulementSolus Christus. Tous les chemins mènent peut-être à Rome, mais tous les chemins ne mènent pas au Paradis. Jésus notre Maitre nous a averti :

 

« Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé… » (Jean 10:9), « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14:6). Il n’y a ni plusieurs vérités, ni plusieurs portes, ni plusieurs chemins pour avoir la vie éternelle. Jésus est la porte, le chemin, la vérité, et la vie, « car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur » (Romains 6:23).

 

Il n’y a aucun autre intermédiaire humain entre nous et Dieu, aucun prêtre et aucun saint, « car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme » (1 Timothée 2:5). Christ est le grand sacrificateur qui « peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur » (Hébreux 7:25).

 

Comprenant la suffisance de Christ pour nous sauver, le réformateur Jean Calvin écrivit dans son ouvrage intitulé l’Institution de la religion chrétienne : « [Christ] prit le châtiment sur Lui-même and porta le jugement dû aux pécheurs. Avec son propre sang il expia les péchés qui nous rendaient ennemis de Dieu and ce faisant Le satisfit […] nous regardons à Christ seul pour la faveur divine et l’amour paternel ! ».[3]

 

 

Soli Deo Gloria

 

Qui est responsable du salut des hommes ? Qui doit recevoir la gloire, l’homme, Dieu, ou les deux ? Quel est le but de la vie ? Pourquoi des événements tragiques se produisent dans nos vies ? Pourquoi Dieu permet-il la présence du mal dans le monde ?

 

Toutes ces questions, et bien d’autres, ont leur réponse dans la dernière Sola : Soli Deo Gloria – À Dieu seul soit la gloire. Il est écrit : « Tout a été créé par [Dieu le Fils] et pour lui » (Colossiens 1:16b), ou encore : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu » (1 Corinthiens 10:31).

 

Faisant partie de l’héritage de la Réforme, le Catéchisme protestant de Westminster publiée en 1648 commence par poser la question suivante : « Quel est le but suprême de l’homme ? », et y répond ainsi : « Le but suprême de l’homme est de glorifier Dieu et de l’aimer pour toujours »,[4] en citant trois passages bibliques à méditer (1 Corinthiens 10:31; Psaume 73:24-26; Jean 17:22,24).

 

Au regard du salut, le fait que ce soit par grâce que nous sommes sauvés par le moyen de la foi indépendamment de nos œuvres, nous est révélé « afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions » pour Sa gloire (Éphésiens 2:8-10).

 

De plus, contrairement aux pratiques catholiques, la Bible nous enseigne donc de ne pas vénérer Marie, « les saints » (tous les chrétiens sont des saints selon la Bible – Éphésiens 1:1, Colossiens 1:2 ; Philippiens 1:1, etc), les icônes, ou tout autre idole. « À Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen ! » (Jude 25).

 

 

Conclusion : le salut du début à la fin dans les Solas

 

Dieu nous a révélé comment être sauvé de nos péchés par l’Écriture seulement (Sola Scriptura) et Sa Parole doit régner suprêmement sur notre foi et notre pratique de la vie chrétienne. Cette fondation retrouvée par les réformateurs renversa les hérésies catholiques romaines sur le salut.

 

La Parole nous enseigne alors que nous sommes sauvés par grâce seulement (Sola Gratia), par la foi seulement (Sola Fide), en Christ seulement (Solus Christus), pour vivre à la gloire de Dieu seulement (Soli Deo Gloria).

 

« En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu'il nous a accordée en son bien-aimé […] En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s'est acquis, à la louange de sa gloire » (Éphésiens 1:4-6, 13-14).

 

Prions que ces vérités continues à transformer les églises locales pour le salut des élus, amen.

 

[Lire d’autres articles sur la Réforme Protestante]

 

 

CONNAITREpourVIVRE.com

 

Références

 

[1] Article en ligne sur www.luther.de/en, intitulé : « Luther at the Imperial Diet of Worms (1521) » : http://www.luther.de/en/worms.html

[2] Article en ligne sur reasonabletheology.org, intitulé : « The Five Solas of the Reformation » : http://reasonabletheology.org/the-five-solas-of-the-reformation/

[3] Article en ligne sur www.fivesolas.com, intitulé : « The Five Solas of the Reformation » : http://www.fivesolas.com/5solas.htm

[4] http://www.shortercatechism.com/

Please reload

Please reload