evangile.jpg
Please reload

Tirer par type
Catégories
Populaires

Science et foi: une Bible miniature

15.12.2015

 

Vous avez probablement déjà entendu dire : « je ne suis pas croyant, je crois en la science ». Ce type de phrase cristallise une idée reçue moderne selon laquelle la foi et la science sont non miscibles. Pourtant, de nombreux scientifiques de renom au travers de l’histoire étaient chrétiens, et leur foi était le catalyseur de leurs découvertes.

Les hommes ont toujours été fascinés par l’infiniment grand et l’infiniment petit. Grace au développement télescope nous pouvons apprécier de plus en plus le fait que « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et [que] l'étendue manifeste l'œuvre de ses mains » (Psaume 19:1-2). La complexité et la symétrie microscopique de la matière nous livre quant à elle ses secrets via divers microscopes.

Cette fascination n’est pas nouvelle, et les scientifiques chrétiens d’aujourd’hui et d’hier ont souvent été en avant-garde des découvertes qui ont changées le monde. La quête de la miniaturisation des objets a été menée par des chrétiens qui utilisèrent
la prière du « Notre Père » prononcée par le Christ en Matthieu 6:9-13:

 

"9 Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; 10 que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; 13 ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen !"

 

Le Notre Père a été depuis plus d’un siècle le standard à reproduire pour atteindre des dimensions toujours plus petites. En 1907, Paul Wentz réalisa une gravure exceptionnelle du Notre Père sur une tête d’épingle en laiton d'un diamètre de deux millimètres. En 1915, Geoffrey Lundberg allant encore plus loin en réduisant par trois les dimensions du Notre Père, qu’il grava sur une tête d’épingle en or.[1]

 

Il lui fallut réessayer sur plus de deux cent épingles pour graver parfaitement la prière, en attachant son corps a un support pour ne pas trembler lors de l’inscription. Il finit par les lettres IHS pour « Iesus Hominum Salvator » ou « Jésus, Sauveur des hommes ».[2] Cette œuvre lui fit gagner la médaille d’or de gravure durant l’exposition de 1915 du Panama-Pacifique à San Francisco.

Le Notre Père, tout comme le Credo, furent aussi l’objet d’étude pour la microphotographie. La Calligraphie sur la gauche de l’image de cet article provient de la version anglaise du Notre Père dans la version King James de
la Bible, avec les mots
«Thou will be done on earth» réduit par un facteur 1000, soit complètement invisible à l’œil nu.

 

Cette miniaturisation a ensuite été appliquée aux circuits imprimés ce qui a révolutionné l’électronique vers la microélectronique et nous permet aujourd’hui d’utiliser nos ordinateurs et téléphones portables.
 

« Les zones sans atomes d’or apparaissent noires et forment le texte biblique composé d’un million deux cent mille lettres peut être gravé en 1 h 30 min ! »


L’influence de la foi sur la science a aussi éclos sous la forme d’une « NanoBible », une Bible dont les lettres sont à l’échelle nanométrique, soit au milliardième d’un mètre ! [3] La photographie sur la droite de l’image de cet article, contient une de ces Bibles, il s’agit du point noir sur le doigt. Ce chef d’œuvre est produit par l’institut de Nanotechnologie de Russel Berrie en Israël.

La fabrication implique une minuscule fine plaque de silicium couverte d’une très fine couche d’or. Puis, un laser à ion focalisé programmé par ordinateur vient « graver » les lettres de la Parole en éjectant les atomes d’or de la surface irradiée. Les zones sans atomes d’or apparaissent noires et forment le texte biblique composé d’un million deux cent mille lettres peut être gravé en 1 heure 30 minutes ! Le Nouveau Testament a aussi été gravé de la même manière, de sorte que vous pourriez lire
l’évangile de Jean avec un puissant microscope électronique au laboratoire.

Ceux qui ont fait avance la science par ces gravure micro et aujourd’hui nanoscopique sur l’or reconnaissent comme
le roi David que les commandements de Dieu dans la Bible « sont plus précieux que l'or, que beaucoup d'or fin ; ils sont plus doux que le miel, que celui qui coule des rayons. Ton serviteur aussi en reçoit instruction ; pour qui les observe la récompense est grande » (Psaumes 19 :11-12).

 


CONNAITREpourVIVRE.com
 

Références


[1] Ozin et al, Fuel for Thought: Chemically Powered Nanomotors Out-Swim Nature’s Flagellated Bacteria, 2010, ACS Nano, 4, 1782–1789.
[2] The Spokesman-Review, Spokane, Washington, February 21, 1915.
[3]
https://www.youtube.com/watch?v=GEKUabU5C6U.

 

Please reload

Please reload